Conseils du coach

La question du mois de novembre :

Comment s’entraîner par temps froid, quels sont les risques ?

Dans un premier temps, c’est une erreur de continuer son entraînement comme si de rien n’était.
Quand la température baisse, pour se réchauffer, le corps doit fournir plus d’énergie. Le rythme cardiaque augmente, provoquant une fatigue générale plus rapidement. Du fait des battements cardiaques, une perte d’eau non négligeable s’effectue. En période de froid intense, celle-ci va correspondre à la même qu’en période de grosse chaleur. Pensez donc à vous hydrater, même si le besoin ne s’en fait pas ressentir !

L’entraînement doit donc être progressif. En y allant avec parcimonie, vous pourrez atteindre le même temps d’entraînement qu’à l’accoutumée. Pour vos premiers entraînements dans le froid, à ski, vélo ou VTT, vous pouvez prendre de la boisson chaude. Il existe maintenant des gourdes isothermes très pratiques. Sinon pour les inconditionnels du Camel Back (poche à eau), vous pouvez le mettre sous votre veste pour éviter que le tuyau ne gèle.
Au niveau vestimentaire, plus que de vouloir à tout prix s’habiller très chaudement, il faut surtout se couper du vent. Les vestes coupe-vent  »anti-transpirantes » que l’on vous vend maintenant sont très pratiques. Légères et polyvalentes, elles vous serviront pour plusieurs sports. Ensuite, à vous de trouver le bon compromis en ajoutant un sous-vêtement dit anti-transpirant plus ou moins épais, une laine polaire… etc. N’hésitez pas à ajouter plusieurs couches minces, plutôt qu’une ou deux couches épaisses. La première couche doit être très isolante. Surtout évitez le coton, vous allez transpirer et il n’y à rien de plus désagréable que des vêtements humides qui vous glacent le dos.

A ne pas faire : (source : Le sport l’esprit tranquille, ed collection sport+)

 »La prise d’alcool par temps froid s’avère une mauvaise tactique. Les vaisseaux sanguins cutanés se dilatent et donc le sang afflue en périphérie, ce qui accroît la fuite thermique, au détriment des organes nobles et des muscles qui se trouvent ainsi pénalisés pour l’effort physique !
En réalité, après cette sensation fugace de bien-être, survient un refroidissement encore plus pénible affectant tout le corps. » Christophe Geoffroy.

La question du mois d’octobre :

– Ca y est. La saison est lancée et les entraînements augmentent chaque semaine. Avec cette charge d’entraînement qui augmente sans cesse, arrivent les courbatures, les petites contractures et crampes à répétition. Cela ne fait jamais plaisir de s’arrêter lors d’une séance juste à cause d’une crampe.
Vous pouvez éviter ces petits désagréments ou du moins les diminuer. Deux conseils :
1) Pensez à boire une eau plus riche en fer et magnésium pendant la journée (je ne veux pas citez de marque, elles sont connus, renseignez-vous). Le soir, il faut boire  »une eau de récupération » au moment du dîner et avant de se coucher.  »L’eau de récupération » est pétillante, riche en calcium et minéraux.
2) Etirer la chaîne posturale. Pour se faire (voir dessin), mettre les pieds en hauteur contre un mur. Plaquer le bassin le plus près possible du mur. En tendant les jambes, ramener les pointes de pieds vers vous (relâcher 30 secondes, toutes les minutes), tout en appuyant la partie lombaire au sol (vous pouvez mettre un petit objet à écraser comme repère). A faire pendant dix à quinze minutes chaque soir, ou après les gros entraînements avant de se coucher. En plus vous obtiendrez un effet relaxant qui permet de vous endormir plus rapidement.

Mise en condition – Travail d’endurance de force et d’explosivité.
Conseils et informations pour bien préparer votre saison de ski de fond